Empreinte Ecologique Ouverte

Base de connaissance collaborative autour des méthodes de calcul de l'Empreinte écologique

Rechercher 
Menu
Accueil
Qui sommes nous ?

Vision

Méthodes

Au concret

Actu

  • Articles récents
  • Newsletter WWF
  • Grenelle et IFEN 2008


Contrat Creative Commons
Le contenu de ce site, texte et images,
est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Pourquoi TEO

imprimer

Pourquoi l'initiative "Tableau Empreinte Ouverte" (TEO) ?


Comment marche l’empreinte écologique (EE) du GFN

Le GFN a réalisé des tables (Comptes Nationaux)) qui récapitulent l’EE et la biocapacité de 170 pays et entre autres de la France depuis 1960. Les facteurs de conversion évaluent la surface nécessaire à la production d'un bien ou service consommé par l'homme et s'expriment en "hectares globales" (hectare dont la productivité est égale à la moyenne mondiale).
L'EE se décompose en 5 grandes catégories :
  1. EE des ressources alimentaires (céréales, légumes, viande, poisson, autres)
  2. EE des fibres naturelles (coton, caoutchouc...)
  3. EE du bois (papier, construction...)
  4. EE de l'énergie (fossile, hydrolique...) - cas un peu particulier, voir Empreinte energie?
  5. EE des "surfaces dégradées (emprise au sol des bâtiments, routes et autres artificialisation du sol)
    A noter que les catégories 1 à 3 correspondent à de "vraies" surfaces de production, alors que les catégories 4 et 5 sont une empreinte "virtuelle" (on comptabilise la perte de biocapacité).
La biocapacité d'un pays, pour sa part consiste à additioner les terres en les pondérant d'un facteur de productivité (1 hectare en France est plus productive qu'1 hectare en Jordanie) et d'un facteur de rendement (1 hectare destinée à la culture maraîchère produit plus de biomasse qu'1 hectare destinée à la forêt ou au pâturage).

Simplifications proposées pour faire converger les usages de l'empreinte

Distinguer EE des matières brutes et EE "grise"

Les tableaux du GFN donnent de manière détaillée la valeur EE de la matière brute consommée (calculs réalisés à partir des surfaces nécessaires à la production et la quantité de matière produite, c'est-à-dire la biomasse). Elle donne ensuite de manière agrégée l'empreinte de l'énergie et des sols dégradés. L'empreinte brute ne prend donc pas en compte l’énergie et le transport nécessaire à la production d'un bien : l'empreinte du riz en France est égale aux tonnes de riz consommées sur 1 an, divisées par la surface consacrée à la culture du riz (en France et à l'étranger pour les imports).
Ce choix ("photo en l'état") a été fait par le GFN de façon à avoir une validation sur les tables la plus facile possible par le plus large spectre d’acteurs. Il est clair que les rendements dépendent du type d'agriculture (conventionnelle, intensive, bio, agro dynamique...) et qu'il faudrait comptabiliser les énergies utilisées pour produire ces biens, ainsi que la dégradation des sols (empreinte "grise" car non directement identifiable), mais un tel travail d'imputation relève de l'approche macro compound ou micro component. Voir Compound component et TEO. Un travail est en cours, sous l'impulsion d'Angenius, de Médiation et de nos partenaires, pour développer simultanément un tableau "Compound transparent" (cf REAP en Angleterre) et consolider les calculs micro (initiative Tableau Micro Consolidé TEO 0.15?).

Approche opérationnelle de l'EE des produits

Le travail à réaliser pour avoir l’EE de produits de consommation est d'estimer, dans un module séparé, l’EE de l’énergie et du transport nécessaires à la production et à la transformation des produits bruts en produits consommables (EE de transformation). Il faut aussi créer un autre module permettant de calculer l’empreinte du transport du produit final vers l’utilisateur (EE de transport).
En toute rigueur, il faudrait aussi comptabiliser l'EE des surfaces dégradées pour la production et le transport des biens, mais ce serait un travail de Romain ! et les enjeux sont faibles par rapport à l'EE de l'énergie grise.

Nous avons donc choisi de ramener le calcul opérationnel de l’EE à 3 modules :
(1) EE des matières brute + (2) EE énergie de production et de transformation + (3) EE de transport du produit prêt à la consommation
Le module 2 concerne les process industriels et les transports de matières brutes, le module 3 touche au choix de l'origine des produits par les consommateurs et aux systèmes de distribution.
Une approche métier / sectorielle de l'empreinte touche donc le module 2 (process industriels, fournisseurs) alors que le module 3 est plus approprié pour les distributeurs, les citoyens et les collectivités.


Etant donné que la table de l’EE des produits brutes est reconnue et ne porte pas (trop) à discussion, il est nécessaires que les deux nouveaux modules soient séparés et indépendants du module de l’EE des matières brutes.
Le travail doit être réalisé en toute transparence (sources d’information, hypothèses prises en compte…) de façon à faciliter une validation par le plus grand nombre de personnes.
L’objectif est que ces nouvelles tables servent de référence pour les calculs d’EE mais que les utilisateurs aient la possibilité de modifier les paramètres pour, par exemple, pouvoir utiliser une donnée locale plus précise.

Relation avec le Bilan Carbone

Tous les deux sont des outils de comptabilisation de l’impact sur l’environnement. L’unité utilisée n’est pas la même mais de nombreux liens existent entre les deux. En effet, la table des matière première ne prend pas en compte les émissions de gaz à effet de serre (GES). Mais l’outil EE avec l’ensemble des modules tel que décrit ci-dessus prend en compte les émissions de gaz à effet de serre en les transformant en surface nécessaire à l’absorption des GES dans un schéma de fonctionnement classique, c’est-à-dire pour le cycle naturel du carbone.
Angenius, avec la DATAR et l’ADEME travaille à la mise en relation de l’EE et du bilan carbone qui ne sont pas tout à fait sur les mêmes périmètres. Il est possible de les mettre en jonction pour avoir l’impact global d’une activité.

L'initiative TEO 0.15?

Pour poursuivre dans la démarche commune de développement de l’empreinte écologique il a téé décidé de s’intéresser dans un premier temps à la construction de la table component.
Comme les moyens financiers ne sont pas disponibles actuellement pour lancer un vaste programme de récupération de données et de calcul, il a été décidé de travailler par étape et en sensibilisant le maximum d’acteurs pour que ceux-ci participent aussi à la construction de la base de données. Pour ça il faut fournir un tableau avec les données que nous avons déjà de disponibles de façon à avoir une ossature de base. Ce travail permettra ensuite aux volontaires de réaliser des groupes de travail pour pouvoir discuter des hypothèses et donc les données référencer.

Il a donc été décidé que la première étape est de fournir la source des données fournies dans le tableau mais pas forcément les hypothèses prises par la source (en effet ceci nécessiterai beaucoup de temps pour décortiquer toutes les études à l’origine des données).

Collaborateurs de cette page: thanh .
Page modifiée dernièrement le Samedi 01 Mars, 2008 [08:53:15 UTC] par thanh.


Aide et outils


Téléchargement

Tableur Empreinte Ouverte (TEO) 0.16

TEO-0.16.tar.gz

TEO-0.16.zip

Le tableur est sous Open Office (faites un geste pour votre liberté Télécharger Open Office)


RSS Wiki RSS Galeries d'images RSS Forums
[ Temps d'exécution: 0.14 secs ]   [ Mémoire utilisée: 1.36MB ]   [ GZIP Disabled ]   [ Charge du serveur: 0.09 ]
Dernière mise à jour CVS: Dimanche 02 Mars, 2008 [10:53:28 UTC]