Empreinte Ecologique Ouverte

Base de connaissance collaborative autour des méthodes de calcul de l'Empreinte écologique

Rechercher 
Menu
Accueil
Qui sommes nous ?

Vision

Méthodes

Au concret

Actu

  • Articles récents
  • Newsletter WWF
  • Grenelle et IFEN 2008


Contrat Creative Commons
Le contenu de ce site, texte et images,
est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Compound component et TEO

imprimer

Compound component et TEO

Le calcul de l'EE : différentes possibilités en fonction des informations disponibles

Pour calculer l’empreinte écologique il existe différentes approches dans le monde, chacune ayant ses forces et ses faiblesses.
  • Le 1er niveau de données correspond aux National Accounts du GFN (Comptes Nationaux) qui donnent à partir de 3 500 données publiques par pays l'empreinte brute des matières consommées (x m2 pour 1kg de carottes, pour 1kg de bois...). Les Comptes Nationaux ne sont pas (trop) controversés et servent de base à tout calcul d'empreinte.
  • Le 2ème niveau appelé "Compound" (macro, ou agrégé) calcule l’EE des grands secteurs d'activité en imputant les CN à un niveau intermédiaire : industries ou entités consommant les matières pour produire les biens et services finaux. En toute rigueur, ce Compound doit donc prendre en compte l’ensemble des besoins de chaque filière de production. Cette matrice permet de calculer de manière simple et homogène l'empreinte d'une collectivité ou d'une entité à partir de ses achats (comme pour le PIB, on utilise alors les Tableaux Entrées-Sorties monétaires).
  • Le 3ème niveau appelé component est plus simple à effectuer, mais pose des problèmes d'homogénéité et de robustesse : il consiste à récupérer des données "micro" (estiment combien de kg de plastic, acier, caoutchouc... rentre dans la fabrication d'une voiture par exemple) et à convertir ces données en empreinte à partir directement des Comptes Nationaux du GFN.

Analyse stratégique

Actuellement, l'essentiel des calculs d'empreinte dans le monde se fait par la méthode "micro", pour des raisons de simplicité ; c'est la seule méthode possible pour des équipes projet, en l'absence d'une matrice Compound nationale de niveau II. Le problème est que peu de pays disposent aujourd'hui d'un tel outil.
La matrice Compound a été réalisé en Angleterre en affectant tous les postes de l'empreinte nationale sur 80 secteurs d'activité (outil "REAP"). Mais pour arriver à ce résultat, il a fallu 3 ans de travail à temps plein d’une équipe de recherche dédiée du Stockholm Environment Institute. D'après le GFN, il faudrait un investissement d’un demi million de dollars pour le faire faire par une équipe centrale pilotée par eux.
Un autre problème a trait à l'acceptabilité de l'outil. L'enjeu est de le faire reconnaître par des institutions dont les visions sont assez éloignées de l'approche écosystémique qu'induit l'empreinte (notamment celles utilisant des référentiels monétaires).
Au niveau de la France il n’est pas envisageable d’arriver à un tel résultat par une approche centralisée, pilotée par le GFN : les fonds ne sont pas disponibles, et même si certaines institutions (ADEME, DIACT, IFEN, MEDAD) ont ouvert la porte à des projets pilotes sur l'empreinte, le consensus scientifique et politique n'est pas suffisant.
C'est pourquoi nous proposons l'approche collaborative et décentralisée "Empreinte écologique simplifiée" ainsi que le TEO 0.15?, qui permettent d'une part d'accompagner les acteurs de terrain sur des projets opérationnels avec des budgets limités, et d'autre part de s'appuyer sur les résultats de ces projets micro Component pour établir les 1° bases d'une approche Compound.
C'est ainsi que l'on retrouve en chef de file SITA pour l'empreinte des déchets, et l'Agro Campus de Rennes pour l'empreinte de la restauration collective, le tout étant mutualisé et mis en synergies par Médiation et Angenius,

Questions soulevées au cours de l’échange

Q : Quelle est la nuance entre les différentes échelles components et compond
R : L’approche compond est une approche macro par pays où ce qui rentre et ce qui sort sont comptabilisés, on part du global qui est ensuite attribué à un type d’acteurs (citoyens, territoires…)
Pour component l’idée est celle des Tableaux entrées sorties qui récapitulent les statistiques utilisées pour la construction du PIB et on éclate les 3 500 données qui sont réparties par type de produits.
IFEN a fait un gros travail depuis 2001 intitulé Naméa qui comptabilise toutes les données qui ne sont pas dans le PIB.
Q : Finalement les eux approches devraient permettre d’arriver aux mêmes résultats pour un même secteur d’activité ?
R : La cohérence entre les deux approches n’est pas bonne car l’approche component n’est pas fiable mais pourtant c’est celle qui est utilisée à 90 %. Les deux approches n’ont en plus pas le même usage. Component est utilisé pour faire bouger les choses à petites échelles alors que pour une politique globale compond permet de fixer une fois pour toute les facteurs qui sont utilisés dans l’approche component. Mais il est nécessaire que la construction du compound soit transparente pour permettre d’être l’objet d’un débat et que ce ne soit pas critiquable. Ainsi les utilisateurs ont la liberté de faire leurs propres hypothèses.

Collaborateurs de cette page: thanh et mathilde .
Page modifiée dernièrement le Samedi 01 Mars, 2008 [08:54:01 UTC] par thanh.


Aide et outils


Téléchargement

Tableur Empreinte Ouverte (TEO) 0.16

TEO-0.16.tar.gz

TEO-0.16.zip

Le tableur est sous Open Office (faites un geste pour votre liberté Télécharger Open Office)


RSS Wiki RSS Galeries d'images RSS Forums
[ Temps d'exécution: 0.14 secs ]   [ Mémoire utilisée: 1.34MB ]   [ GZIP Disabled ]   [ Charge du serveur: 0.05 ]
Dernière mise à jour CVS: Dimanche 02 Mars, 2008 [10:53:28 UTC]